Qu'est-ce qu'un revenu passif et comment le maximiser

 

Qu’est-ce qu’un “revenu passif” et  comment le maximiser ?

Tous les entrepreneurs partagent un élément-clé commun  : ils ont lancé leur propre entreprise afin d’assurer leur prospérité. Après tout, se lancer en affaires implique plusieurs risques non négligeables. La récompense doit donc en valoir la peine. Et la prospérité constitue un but tout à fait acceptable pour justifier ces risques.

Exploiter une entreprise demande aussi de faire certaines dépenses. En tant qu’entrepreneur ou chef d’entreprise, il est normal de ne pas toujours avoir le temps de prévoir toutes les sources de revenus potentielles. Heureusement, les bons experts peuvent vous aider à le faire grâce à leurs connaissances spécialisées.

Il ne s’agit pas uniquement de dire quoi faire : il faut aussi donner les bons outils pour que vous puissiez devenir autonome dans ce genre de décisions. 

Voici donc quelques conseils pour maximiser une source de revenu trop souvent oubliée, le revenu passif.

Revenu actif ou passif ?

En tant qu’entrepreneur, il est très important de distinguer deux concepts fondamentaux: le revenu actif et passif. En effet, bien que la différence peut parfois paraître floue, ces deux types de revenus peuvent faire toute la différence sur votre prospérité. En les comprenant adéquatement, vous vous donnez les moyens de les maximiser.

Le revenu actif : résultat de vos efforts quotidiens

Lorsque l’on pense aux revenus d’une entreprise, on imagine généralement ses revenus actifs. C’est ce type de revenu que l’entreprise génère jour après jour grâce à ses activités et ses opérations. C’est donc les revenus liés aux ventes ou à la prestation d’un service, par exemple.

La distinction qu’il faut retenir lorsque l’on songe à ces revenus, c’est qu’ils demandent un effort. C’est pour cette raison que ceux-ci sont considérés comme actifs. Si l’entreprise cesse d’exploiter ses activités ou ferme ses portes temporairement, cette source de revenus cesse immédiatement de couler. Ce type de revenu implique donc un effort de votre part, en tant qu’entrepreneur.

Le revenu passif, de l’argent qui travaille pour vous

Contrairement aux revenus actifs, les revenus passifs ne font pas nécessairement partie de l’imaginaire collectif. Ils ne sont donc pas ceux qui viennent en tête lorsque la notion de prospérité est évoquée. Pourtant, ils en sont une source inestimable pour les entrepreneurs qui savent les maximiser.

Concrètement, un revenu passif est un type de “revenu d’investissement”, pour lequel votre entreprise n’a pas besoin de fournir d’efforts. Et les entrepreneurs qui réussissent le mieux sont ceux qui les exploitent. Plusieurs types de revenus tombent dans cette catégorie : revenus de loyers, revenus de dividendes, gains en capital et d’intérêts, etc.

Il est facile de voir pourquoi ces revenus présentent un avantage par rapport aux revenus actifs. Après tout, ils permettent à votre entreprise d’accroître sa prospérité, tout en concentrant ses ressources sur d’autres activités. Ils travaillent donc pour vous, et non le contraire.

Comment maximiser le revenu passif de son entreprise

Puisque les revenus passifs peuvent être très avantageux, ils sont évidemment populaires auprès des entreprises et de leurs actionnaires. Toutefois, ceux-ci sont également soumis aux mêmes normes fiscales que les revenus actifs. Lorsqu’il s’agit de les maximiser, on parle alors généralement d’utiliser les différentes règles fiscales à votre avantage. En effet, avec les bonnes connaissances, il est tout à fait possible d’en tirer un meilleur rendement.

Un outil fiscal méconnu, mais des plus intéressants : L’IMRTD

L’IMRTD passe souvent inaperçu dans des stratégies d’optimisation fiscale. Pourtant, les entreprises qui génèrent des revenus passifs ont tout intérêt à en tirer profit. L’IMRTD désigne l’Impôt en Main Remboursable à Titre de Dividendes. Il s’agit d’une mesure fiscale canadienne qui permet aux entreprises qui génèrent des revenus passifs de récupérer une portion de l’impôt payé sur ceux-ci.

Une entreprise qui souhaite profiter de l’IMRTD doit répondre à certains critères. Par exemple, celle-ci doit générer des revenus passifs (comme un gain en capital, intérêts, dividendes, ou autre) ou verser des dividendes à ses actionnaires. Un gain en capital peut constituer, par exemple, la part de profit faite lors de la vente d’un immeuble par une entreprise, celui-ci ayant pris de la valeur. Sur ces revenus, l’entreprise est imposée à un taux de 51%, ce qui veut dire que près de la moitié de ces gains n’est pas imposable. Cependant, sur la moitié imposable, elle devra payer environ 50% en impôt. Mais ces impôts sont en réalité payés d’avance.

L’IMRTD existe afin de dissuader les entrepreneurs de simplement investir leurs revenus passifs dans leur entreprise, sans jamais les en retirer. Le gouvernement préfère plutôt que ceux-ci les retirent et les injectent dans l’économie. À cet effet, il est possible pour les entrepreneurs de récupérer une partie de cet impôt payé d’avance, qui constitue l’IMRTD. En effet, en déclarant le versement de dividendes à ses actionnaires, un entrepreneur peut récupérer jusqu’à 1$ en IMRTD pour chaque 3$ versés.

Profiter de l’IMRTD, c’est donc maximiser du tiers les revenus passifs générés par votre entreprise, ce qui peut faire toute une différence sur vos revenus global. À leur tour, ceux-ci peuvent accroître votre prospérité. Si vous souhaitez en apprendre plus sur l’IMRTD et le CDC (un outil fiscal similaire), consultez sans tarder notre billet sur le sujet.

Les fonds de catégories de société

Une autre solution qui s’offre à vous si vous souhaitez maximiser vos revenus passifs est de songer à investir dans un fonds de catégorie. Similaire à un fonds commun de placement, celui-ci vous permet de transformer vos revenus d’intérêts et de source étrangère en gain en capital. Cet avantage est intéressant pour plusieurs raisons :

  • Au Canada, les intérêts sont 100% imposables. Ainsi, tous les intérêts générés par vos placements (qui constituent un revenu passif) doivent être ajoutés à vos revenus imposables.
  • Contrairement aux intérêts, les dividendes et les gains en capital ne sont que partiellement imposables.
  • La transformation de vos intérêts en gains en capital vous permet ainsi de payer moins d’impôts sur votre revenu passif.

Ainsi, investir dans un fond de catégories de société vous permet de reporter le paiement d’impôts sur vos revenus d’intérêts, en plus de diminuer la part que vous aurez à payer. Il s’agit donc d’une solution intéressante si vous souhaitez maximiser vos revenus passifs personnels.

Optimisez vos fiscalités personnelles et corporatives avec l’aide d’experts en la matière

Comme vous pouvez le constater, les options ne manquent pas pour maximiser vos revenus passifs et, ainsi, accroître votre prospérité. En plus de l’IMRTD et des fonds de catégories de société, on peut aussi penser au CDC ou aux stratégies d’assurance-vie, par exemple. Ici, l’enjeu n’est donc pas de connaître toutes les solutions possibles, mais plutôt de savoir laquelle est la plus pertinente pour votre situation. Des experts peuvent vous aider à y voir plus clair, mais aussi à acquérir les connaissances nécessaires pour prendre vous-même les bonnes décisions.

Avego Académie est la ressource numéro un pour les entrepreneurs québécois qui, comme vous, souhaitent atteindre la prospérité globale. Nous organisons des événements, mais proposons aussi un service-conseil ainsi que des formations en ligne.

Vous aimeriez connaître des dizaines de stratégies fiscales corporatives ? Notre Certification Corporative en Intelligence et Optimisation Financières est fait pour vous!

Notre mission : vous donner la connaissance dont vous avez besoin pour assurer la pérennité de votre entreprise. N’attendez pas et prenez en main dès aujourd’hui les outils qui vous permettront d’atteindre le prochain niveau. Contactez-nous!

Avego Academie Ebook

                                                              Obtenez le E-BOOK GRATUITEMENT!

Ce qui vous permettra d’économiser des milliers de dollars en impôts, voire même
des dizaines de milliers, à chaque année dans votre entreprise.

 

Leave a Comment